Ah les Français ! Des veaux, comme le disait si bien le général de Gaulle, des moutons, comme la laisser sous-entendre Jean-Marie Le Pen. A ce demander si ils veulent vraiment être sauver. Le 22 avril à 20 heures, les résultats tombèrent sur la France comme le couperet d’une guillotine sur un contre-révolutionnaire. La peste et le choléra se retrouvent au second tour et le mélange des deux maladies veut jouer les arbitres. Devant toute cette diarrhée régimiste, j’avais choisit le vaccin. Pour la première fois de ma vie que j’avais à voté, j’ai mit la flamme tricolore dans l’urne. Me rappelant l’espoir d’un 21 avril 2002, j’ai voté Le Pen… Quel con !!!

Le Menhir arrive 4ème comme une merde avec 11% des voix, une raclée énorme pour celui qui ne faisait qu’augmenter son score à chaque élections présidentielles. Depuis 30 ans, Le Pen n’avait jamais essuyé un tel revers. Néanmoins il me restait un espoir. En effet, en 2002, il était clair qu’une grosse partie des électeurs du FN avait voté par protestation. La période de cohabitation socialo-chiraquienne de la fin des années 90 à laissée une impression d’immobilisme qui à lasser de la politique un peuple qui avait envie que cela bouge un peu plus.

Hors, en 2007, tout était différent. La Cruche du Poitou joue sur la Nation et le Patriotisme, les Zoreilles du Béarn fait de l’Anti-Système et surtout, le Nain de Hongrie caracole en tête avec l’Insécurité, l’Immigration et l’Identité. Autrement dit, les Français avaient l’impression d’avoir le choix. Mais, me diriez-vous, où est l’espoir que j’avais évoqué ? L’espoir, c’était ces 4 millions d’électeurs frontistes qui cette fois n’avaient pas voté par protestation, mais par adhésion aux idées du Front National et de Jean-Marie Le Pen. Je croyais à ça… Quel con !!!

Le 1er mai, le Chef des Patriotes donne une consigne de vote, ABSTENTION MASSIVE ! C’était pourtant simple, mais une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, les « patriotes » ont été victimes d’une épidémie de surdité et ont voté pour Nicolas Sarközy de Nagy Bocsa. Comme le dit le vieil adage, jamais deux sans trois, le lendemain des législatives s’annonce dur. Sarközy à tué le FN. Le Pen étant sur le départ, la relève n’étant franchement pas assurée et le MNR qui fait des alliances avec les sarko-villièristes du MPF (ou plutôt de l’UMPF ;)) tout laissent à croire que la flamme tricolore s’est éteinte. Une page se tourne dans l’Histoire du combat nationaliste… Quel dommage.

Alors maintenant, tirons-en les conclusions et relevons la tête de l’eau. Voter ne sert à RIEN. Engraisser la démocrassie ne sert à rien. Faire de la politique politicienne ne sert à rien. Vouloir être César ou rien ne sert à rien. Pourtant, il y à bien quelque chose que l’on peut faire, nous les natios.

De l’autre côté de l’Océan Atlantique se trouve le vrai pays de la démocratie. Mais non, je ne suis pas un atlantiste acharné qui rêve de rouler en Hummer sur Hollywood Bd en espérant mater Pamela Anderson. Disons que là-bas, les Américains savent comment ça marche la démocrassie, la vraie. Les Américains savent tous qu’ils ne se ressemblent pas, qu’ils font tous partie d’une certaine catégorie de la population U.S. et qu’ils sont tous représenter par un lobby. Et ces lobbies se contentent de faire pression sur les gouverneurs fédéraux, les députés, les sénateurs et même le gouvernement. C’est ainsi que la National Rifle Association – l’association des porteurs d’armes – à put protéger les américains des liberals (gauchistes) qui étaient bien décidés à leur retirer le droit de se défendre face à la criminalité énorme de ce pays. Et il y à bien entendu les lobbies communautaires : Noirs, Hispaniques, homosexuels, féministes, Juifs, etc. C’est pour cela qu’il n’y à pas d’alternance réelle aux États-Unis d’Amérique, Démocrates et Républicains doivent tous baisser leurs pantalons devant eux.

La France n’est pas en reste. Le lobby « antiraciste » est plus puissant que jamais. SOS Racisme, la Licra et le Mrap ne sont en fait qu’un seul et unique organe. Sous la bannière de l’ « antiracisme » militant, leur but inavoué est de réunir toute la communauté non-blanche de France – Noirs, Arabes, Juifs et Musulmans principalement – et de la dresser contre les Français de souche, les Blancs quoi. De lobby « antiraciste » il passe à lobby des banlieues et à organisés une grande campagne médiatique de civisme dans les Territoires Occupés afin de combler les manque l’électorat de la gauche et de l’extrême gauche. Un faux combat qui ne set à rien. Le vote des racailles néo-françaises est un thème aussi futile que le vote des étrangers. Futile car même le vote des Français de souche à été dénué de sens, vu que maintenant c’est l’Union européenne, une organisation pour laquelle personne n’à voter, qui décide des lois qui vont régir ce pays, mais j’y reviendrais plus tard.

Le XXIème siècle sera le siècle du communautarisme, des tensions raciales et des conflits ethniques. Ce sera la communauté la mieux préparée et la plus soudée qui gagnera la France. Cet affrontement fatal n’aura pas lieu dans les urnes, mais bien dans la rue. Les Juifs et les Musulmans l’on compris. À nous, Nationalistes et Identitaires français et européens, de savoir utiliser à notre avantage la période Sarközyenne. À nous de fouetter le sang des Français, d’unifier les Blancs d’Europe et d’Occident pour la protection et la renaissance de notre peuple. Il faut retrouver notre fierté, notre dignité et notre force. Ne pas laisser les envahisseurs piétinés nos valeurs et souillés nos semblables.

Je dois reconnaître un certain avantage d’avoir Sarko au pouvoir. Il à eu le mérite d’éveiller les consciences identitaires des Français. Ces derniers risquent fort d’être déçus et vont en vouloir plus. Le tout ce n’est pas qu’une formation politique les réunissent et prenne le pouvoir, on à bien vu que ça ne servait à rien. Le mieux serait qu’un mouvement réussisse à accomplir la difficile mission des galvaniser la communauté blanche, afin que cette dernière puisse partir au front plus facilement le moment venu.

Tout les nationalistes s’accordent à dire que notre ultime chance sera la guerre civile ou ethnique annoncée. Après ça, se sera trop tard. C’est triste, mais c’est vrai, seule une GUERRE peut nous sauver. Si elle n’a pas lieu, la fameuse Révolution Identitaire n’aura été qu’une prophétie de diseuse de bonne aventure. Cela voudra dire que les vrais Français n’auront pas voulu se battre pour leur héritage, qu’ils se seront soumis et qu’ils nous auront lâcher voir dénoncer, liquider ou annihiler, nous, les Résistants. Si tel sera le cas, alors j’admettrais pleinement que ce peuple mérite de disparaitre. Ils ne veulent pas être sauver, qu’ils crèvent !!!

Dans le film Fight Club, le charismatique Tyler Durden dit un truc du genre : « Ce n’est que quand on à tout perdu que l’on est libre de faire ce que l’on veux. » On à plus rien à perdre, alors n’hésitons plus. Qui ose gagne, comme le disent les paras !