Black-Blanc-Beur, on nous à servis ce slogan à toutes les sauces depuis des années et encore plus ces derniers temps. Mais j’ai un problème avec cette allégorie bien-pensante. Mon problème ou plutôt mes problèmes, c’est les noms « Black » et « Beur ». Car vous avez déjà remarquez et analysez maintes fois que le seul nom qui désigne correctement un être ethnique, c’est le Blanc, pas besoin de guillemets. Car le politiquement correcte passe par-là et NOUS ORDONNE de ne pas appelez un chat, un chat, mais de dire que c’est un MATOU ! Pourquoi ne pas dire simplement Noir et Arabes, au lieu de leur donner des surnoms stupides qu’eux-mêmes désapprouvent ? Pourquoi le Blanc ne bénéficient-il pas de ce traitement ?Tout simplement car en tout temps et en tous lieux, les hommes on eut besoin de désigner le mal. Ils ont eu la nécessité de répudier quelque chose afin de ne pas l’imiter et ainsi en faire les fondements de leurs modes de vie, de leurs coutumes, de leurs cultures. Aujourd’hui, dans nos sociétés contemporaines, le mal, c’est le Blanc. « Un mal enraciné dans leur cœur noir et froid qui ne pompe pas de sang. Le vomi huileux qui circule dans leurs veines pourries irrigue leur cerveau minuscule, ce qui les rend cannibales, violents et extrêmement racistes. » Voilà ce qu’est le Blanc ! Il y à 70 ans les nazis faisaient des Juifs des comploteurs au nez et aux doigts crochus pour faire peur aux petits allemands, aujourd’hui les antiracistes font des Français de souche des gros cons de beaufs xénophobes. Il est dénoncé à la vindicte populaire tel un Juif à la Kommandantur. Décidément, il y à comme des vieux relents de propagande goebbelsienne dans les sketchs de Canal + et un parfum de Collaboration dans les discours bien-pensants. Ceci explique donc pourquoi on ne prend pas soin de ne pas froisser les Blancs. Comme le disait une affiche patriote « FRANÇAIS tu es raciste, ringard, xénophobe, frileux, ignorant, égoïste, exploiteur, colonialiste, haineux, inadapté, rétrograde, esclavagiste, passéiste, anti-européen, nombriliste, nationaliste… ALORS continue à culpabiliser. Pense comme on te dit de penser. Et surtout, vote comme on te de voter ! Merci. » L’Immigré quant à lui, est un demi-dieu musclé et savant dont les ancêtres avaient déjà crée des civilisations éminentes tandis que l’Homme, que dis-je, le Sous-Homme blanc était recouvert de poils, marchait à quatre pattes et grimpait dans les arbres pour pousser des cris. Il « vivait dans les cavernes et mangeait des mets de porcs et parfois même sa propre progéniture » selon Kémi Séba. Certains disent que Mai 68 n’a rien changé. Je ne suis pas d’accord. Depuis ce triste évènement, la France à basculer peu à peu dans la pensée unique gauchiste. De nos jours, être révolutionnaire, être contre l’ordre établit, c’est revendiqué son identité, être de droite et être un bon patriote.Je ne cache pas ma joie quand je vois à la télé des petits cons de manifestants qui ne connaissent rien à rien se faire tabasser par leurs petits protégés. Arborant fièrement des vêtements à l’effigie du « Chié » (ceci n’est pas une faute de frappe) Guevara, sans même savoir que ce salaud est le responsable de la famine et de l’oppression de millions de Cubains et que le communisme est responsable de plus de 100 millions de morts, on continue à leur réserver une audience médiatique racoleuse. Ils jouent les durs avec des slogans du genre « LE CAPITALISME ET LE FASCISME NE PASSERONT PAS ! » et font l’apologie de la révolution, des barricades et des pavés. Mais en réalité ils nous font honte à nous, guerriers et résistants Gaulois, en se comportant comme des vrais petites lopettes de services, des « bollos » comme diraient les autres, en cédant lâchement leur portables et leurs MP3 sans ce défendre alors qu’ils sont cent fois plus nombreux. Les pourfendeurs du racisme dessouder par les victimes du racisme. Preuve que Mai 68 à changer nos vies, aucunes solidarité chez les gauchistes, et cette mentalité vomitive à prit place dans nos esprits. Car quand une personne se fait agresser, personne ne bouge, plutôt témoins qu’être acteur, on pourrait déposer des tonnes plaintes pour non-assistance à personne en danger ! Cela s’explique par le fait que, à cause de la pensée unique gauchisante, « la plupart des Blancs ont reçu une éducation qui dévalorise les liens de solidarité ethnique entre personnes de souche européenne et les culpabilise à l’égard des autres groupes ethniques. Souvent, ce qui est considéré une affirmation de fierté ou de solidarité légitime au sein des minorités ethniques est décrit comme un acte de discrimination ou de racisme dans le cas des Blancs. » Cet état d’esprit pitoyable, les immigrés ne la comprennent pas. Eux qui sont fier de leurs origines et de leurs cultures ne saisissent pas comment nous pouvons être aussi vides et insignifiants. Ils ont l’impression de nous regarder de hauts quand ils constatent notre dépendance à l’auto-flagellation.

On nous ment depuis des années. On nous fait croire que c’est Le Pen le plus grand danger de la France. Mais qu’est-ce qu’il à fait Le Pen. Rien du tout. Il n’a jamais été au gouvernement, ni un haut fonctionnaire d’une quelconque institution. Ce n’est pas lui qui voulait faire entrer massivement des immigrés, tellement que pour les loger, ils ont été parqués dans des habitations indécentes. La faute au gouvernement et le peuple se prend tout dans la tronche. De plus l’éventail argumentaire des « jeunes désœuvrés de banlieue » ne cesse de rajouter des explications à leurs actes. Vous avez aimez la fracture sociale, vous adorerez la dette historique. Maintenant ils veulent ce venger de l’esclavage et du colonialisme, de mieux en mieux, vous trouvez pas ?

Pour finir, je parlerais de l’islamisation prochaine de la France. Pour ceux qui arrivent, notamment les islamogauchistes en mal de sensations, il ne s’agit pas d’une opération relevant d’un complot islamique. Il s’agit d’un lent processus inconscient. Plus il y aura de musulmans en France, plus la Coran s’imposera. Même ceux qui se prétendent modérés et droit-de-l’hommistes participeront à cette marche sans même s’en rendre compte. Au fur et à mesure des évènements, les lois changeront et la République changera. Tout n’est qu’une question de temps.

On nous fait oublier nos racines, et quand un chêne n’a plus de racines, il pourrit, tout simplement.


Le Coq Picard